La Légende de Curupira

 Dans la catégorie Brésil

Curupira marchait tranquillement dans la forêt Amazonienne, à la recherche de quelque chose à manger. Il avait très faim. Il errait depuis un moment, quand il croisa un chasseur, allongé au pied d’un arbre. Il dormait profondément. Curupira, s’approcha lentement de lui, pour ne pas le faire fuir, puis le réveilla brutalement et lui cria :

  • « J’ai faim ! Donne-moi un bout de ton cœur ! »

L’homme se réveilla en sursaut. Il était effrayé. Puis il se rappela qu’il venait de tuer un gibier. Il dit alors à Curupira :

  • « Mais bien sûr mon ami. Je te donne un bout avec plaisir ! »

Il glissa la main dans son gilet et ressortit un morceau du cœur de l’animal et le lui tandis.

  • « Tiens régale-toi ! »

Curupira avala tout d’une seule bouchée. Mais cela ne le suffisait pas. Il dit au chasseur :

  • « J’ai encore faim. Donne-moi l’autre bout de ton cœur !
  • Oh mais tu as un grand appétit mon ami ! Je te redonne l’autre bout. Mais prend ton temps cette fois-ci pour l’apprécier, car je n’en ai plus ! » dit l’homme.

Quand Curupira eu fini de tout manger, le chasseur lui dit :

  • « Tu étais affamé et je t’ai nourri en t’offrant mon cœur tout entier. Maintenant pour sceller notre amitié, j’aimerai qu’à ton tour tu m’offres un petit bout de ton cœur. »

Curupira le regarda, surpris par cette demande. Puis il se dit, que si le chasseur lui a donné son cœur sans hésiter et qu’il est toujours en pleine forme, il peut le faire aussi. Il prit le couteau de l’homme, se transperça le cœur et mourut.

Le chasseur prit ses jambes à son cou, et courut aussi vite qu’il put pour quitter cet endroit, sans se retourner.

Des années s’écoulèrent, sans qu’il ne remette les pieds dans la forêt. Un jour sa fille lui demanda de lui fabriquer un collier différent et spécial. Un modèle que personne ne pourra trouver ailleurs. Elle voulait porter ce collier pour la fête du village.

Le chasseur repensa à Curupira, qui avait des dents vertes, couleur émeraude. Il ne pouvait rien refuser à sa fille, surtout quand elle lui faisait son plus beau sourire et décida de retourner dans les bois. L’homme s’enfonça dans la forêt sinistre, jusqu’à l’endroit où il avait laissé la créature. Il retrouva ses ossements sous des branches, les dents étaient bien visibles et brillantes. Il posa ses mains sur lui pour le retourner, mais à ce moment-là, quelques choses d’étrange se passa. Le squelette devint lumineux et de plus en plus éblouissant. Curupira revint à la vie. Il crut que le chasseur l’avait ressuscité et lui dit :

  • « Oh merci, chasseur tu es un vrai ami. Tu m’as ramené à la vie. Pour te remercier, je t’offre cet arc et une flèche magique. A chaque fois que tu la lanceras sur un animal, tu le toucheras du premier coup. Mais attention, ne chasse jamais dans un troupeau, car si tu en tue un, les autres t’attaqueront et te tueront à leurs tours.”

Depuis ce jour, l’homme devint célère dans son village. Un jour les autres chasseurs voulurent l’accompagner pour voir comment il faisait. Il était si heureux d’être admiré par les autres, qu’il oublia la consigne. Il tira sa flèche sur un troupeau d’oiseaux et en tua un. Mais les autres en colère, foncèrent sur lui et le picorèrent tant et tant qu’il ne survécu pas. Curupira qui avait assisté à la scène, repensa à ce que le chasseur avait fait pour lui et décida de le ressusciter à son tour, en utilisant de la cire magique. Puis la créature dit à l’homme :

  • « Je t’ai ramené à la vie, car tu es mon ami. Mais je ne pourrais pas le faire 2 fois. Surtout ne bois et ne mange rien de chaud, où la cire fondra et toi aussi. »

Le chasseur remercia Curupira, et retourna au village.

Il vécut heureux, pendant plusieurs années, dans sa petite maison avec sa famille. Un hiver, où il fit vraiment très froid, sa femme prépara de la soupe bien chaude. L’homme rentrait tout juste de la chasse. Il but la soupe sans réfléchir, pour se réchauffer et instantanément la cire fondit et lui aussi.

Suivez nous !
Les derniers contes

Publier un commentaire

error

Vous appréciez ? Partagez !