La Grue et la Renarde

 Dans la catégorie Russie

La Grue et la Renarde sont, au fil du temps, devenues très amies et même parfois commères.

Un jour, la Renarde invita la Grue pour un somptueux dîner :

– Viens donc, chère camarade commère, viens ma très chère ! Je te régalerai c’est une promesse !

La Grue vint donc pour le festin prévu, pour lequel la Renarde prépara une bouillie de semoule, qu’elle étala sur une grande assiette. Puis elle mit l’assiette devant la Grue et dit :

– Mange donc, ma très chère commère ! Je l’ai préparée toute seule, rien que pour nous.

La Grue tape avec le bec sur l’assiette, tape encore et encore, mais rien n’attrape ! Pendant que la Renarde lape la bouillie, lape, et finit seule l’ensemble du repas.

La bouillie terminée, la Renarde s’écria :

– Ne pas m’en vouloir, ma chère commère ! Je n’ai malheureusement plus rien à te proposer, à manger.

La Grus dit alors :

– Merci, ma chère commère, pour ce repas … ! Viens donc dîner chez moi un soir prochain.

C’est le lendemain-même que la Renarde vint, la Grue ayant préparé une marmite de soupe, qu’elle versa dans des cruches au goulots très étroits, et qu’elle mit sur la table en disant :

– Mange ma très chère commère, régale-toi ! Je n’ai pas d’autre chose à te proposer.

La Renarde scruta et tourna autour de la cruche, essaya d’un côté, puis de l’autre, la léchouilla, la renifla, mais … ne put rien attraper ! Sa tête ne passe pas par le goulot de sa cruche. Alors que pendant ce temps-là, la Grue picore, picore et finit l’intégralité du repas. Puis s’écria :

– Oh, ne m’en veux pas, très chère commère ! Je n’ai vraiment plus d’autre à te proposer.

La Renarde déçue et dépitée, qui espérait se gaver gratuitement pour toute la semaine, resta sur sa faim ! Telle voix, tel écho ! Ainsi finit l’amitié de la Renarde et de la Grue.

Suivez nous !
Les derniers contes

Publier un commentaire

error

Vous appréciez ? Partagez !