Dame Trude, la sorcière

 Dans la catégorie Allemagne

Il était une fois une petite jeunette, extrêmement têtue et bien trop imprudente, qui n’écoutait guère ses parents, et qui n’obéissait jamais, peu importe à qui. Évidemment, cela ne pouvait continuer, et cette jeune fille allait à la catastrophe !

Un beau jour, la fillette confia à ses parents : « J’ai beaucoup entendu parler d’une dame, une certaine Trude, Dame Trude. Je veux la rencontrer et aller chez elle. Car, selon les dires, sa maison est fantastique, et remplie de choses étranges. Je suis curieuse, et je veux aller voir de mes propres yeux. »

Les parents répondirent par la négative, et lui interdirent rigoureusement d’y aller : « Jeune fille, Dame Trude est mauvaise. Elle pratique une magie des plus néfastes et tu y sera en danger ; si tu insistes, et que tu y vas, malgré notre interdiction formelle, nous ne te considérerons plus comme étant notre enfant !»

La fillette, comme à son habitude, n’écouta pas ses parents, s’en moqua même, et décidé d’y aller envers et malgré tout. Une fois arrivée sur les lieux, la vieille dame lui demanda :

« Pourquoi es-tu si pâlotte ? »

« Oh ! dit-elle en tremblant de tout son corps, c’est que j’ai eu si peur de ce que j’ai vu. »

« Tu me décris ce que tu as vu, cela m’intrigue ! » Demanda la vieille dame courbée.

« J’ai vu près de la porte de votre maison, un homme tout en noir », dit la fillette.

« C’était un charbonnier, ignorante gamine ! », répondit la vieille.

« Puis, j’ai aussi vu un homme tout en vert », dit la fillette.

« Il s’agissait d’un simple chasseur portant son uniforme traditionnel », retorqua la vieille.

« Après, aussi, j’ai vu un autre homme tout en rouge, rouge comme le sang ».

« C’était un boucher, en tenue de travail », dit la vieille.

« Ah ! Dame Trude, pendant que la peur m’envahissait, j’ai aussi regardé par la fenêtre de votre maison, et je ne vous ai pas vue, pas trouvée : par contre, j’ai vu le Diable, personnifié, avec sa tête toute en feu ! ».

« Oh oh ! Éructa la vieille dame bizarre, ainsi donc, tu as vu la véritable sorcière dans toute sa splendeur ! J’attendais cela, je désirais cela de toi depuis très longtemps : maintenant tu vas me réjouir !

Elle transforma alors la fillette en une grosse bûche, d’un coup de baguette maléfique, puis jeta la buche au feu !

Et lorsque la bûche commença à flamber de toutes ses flammes, Dame Trude s’assit paisiblement devant, et y réchauffa ses vieux os, en soupirant : « Ah ! Quel bon feu, il flambe parfaitement bien pour une fois ! »

Suivez nous !
Les derniers contes

Publier un commentaire

error

Vous appréciez ? Partagez !