La légende du Roi Arthur

 Dans la catégorie Héros

La légende du roi Arthur fut au centre de nombreux récits chevaleresques, et ce depuis l’ère médiévale. Grand chef militaire, roi des Bretons (à l’époque appelés les Britons), il guerroya de longues années contre l’envahisseur Saxon aux cours du cinquième siècle.

Il devint une légende, et fut considéré comme étant un roi exemplaire, quasi-idéal, qui avait pour mission première de réunir les peuples Bretons qui, à l’époque, étaient particulièrement divisés et ne cessaient de sa battre entre eux.

De nombreux bardes Gallois, et autres conteurs de chroniques médiévales, tels que Geoffrey de Monmouth, ou encore Nennius, décrivirent en détail la légende du roi Arthur, qui fut développée et modifiée par Wace, mais également par Chrétien de Troyes, qui d’ailleurs fit du roi Arthur, un roi bien moins légendaire et apte à gérer les crises liées au royaume.

Mais c’est le roman « La Mort du Roi Arthur » (écrit aux environs de 1220) qui a façonné définitivement l’image que l’on se fait du Roi Arthur à ce jour, ainsi que celle des Chevaliers de la Table Ronde.

L’histoire d’Arthur, le roi légendaire.

Arthur était en fait le fils du roi Uther Pendragon, et de la duchesse Ygraine de Cornouailles. Cette dernière avait été marié précédemment à Gorlois, qui était Duc de Cornouailles, un allié fidèle. Uther en tomba raide amoureux lorsqu’il la vit pour la première fois, et lui fit offrir des bijoux d’une rare beauté par le célèbre Urfin qui lui fit également des avances. Mais elle avait pressenti ce qui allait se passer, et refusa les bijoux, tout en menaçant Urfin de rapporter l’intégralité de l’histoire à son mari.

Uther, amoureux comme jamais, décida de consulter le magicien Merlin, afin de lui demander de tout faire pour qu’Ygraine accepte de lui donner sa main. Merlin acquiesça, mais demanda en échange que l’enfant qui allait naître de cette union, lui soit confié à jamais. Merlin donna alors l’apparence du Duc à Uther, qui s’empressa de partager sa couche avec Ygraine, qui ne se doutait de rien.

Durant cette même nuit, le duc fut cerné et massacré lors d’une escarmouche en dehors de ses territoires. S’en suivit ce qui devait arriver, le temps passa, et Uther épousa Ygraine.

Arthur, l’écuyer qui devint roi

Ygraine, la nouvelle reine accoucha, et donna naissance à un fils. Mais le pacte devait être respecté, et l’enfant fut remis à Merlin, qui s’empressa de quitter le château pour remettre le bébé à Ectorius (a qui fut donné également d’autres noms tels que Antor, Auctor ou encore Hector), et son épouse, dame Flavilla, loyaux vassaux qui élevèrent le bébé avec leur fils, Keu, tout en ignorant l’origine réelle de l’enfant. Merlin quittant le domaine, précisa qu’ils devaient appeler l’enfant Arthur, et lui apprendre la maîtrise des armes.

Arthur arriva au terme de sa quinzième année, et devint écuyer à Winchester. Un jour il assista à un tournoi au cours duquel s’affrontèrent les plus nobles et vaillants princes et chevaliers afin de succéder à Uther, vieillissant. Mais Arthur avait oublié l’épée dédiée à son frère pour ce combat. Il chercha comme un damné une nouvelle épée, lorsqu’il aperçut une épée traversant une enclume, elle-même incrustée dans un rocher.

Il se dit qu’il serait en mesure de prendre cette épée afin de remplacer l’épée perdue, et la porterait à son frère afin qu’il puisse combattre. Sans même descendre de sa monture, il saisit par la garde l’épée figée, puis la cacha dans sa tunique. Lorsque son frère le vit, il s’empressa de lui demander son épée. Arthur lui expliqua alors qu’il lui était impossible de la trouver, mais qu’il lui apportait une nouvelle épée, en lui précisant que cette épée fut incrustée dans un rocher.

Keu la saisit, la dissimula sous ses vêtements, et courra voir son père afin de l’informer qu’Arthur avait saisit l’épée légendaire, que nul ne pouvait soutirer du rocher. Auctor ne crut pas un mot de l’histoire qui lui fut contée.

Arthur : la légende par la preuve

Arthur, devant une audience effarée, remit l’épée à sa place. Puis, il la retira aussitôt, et sans efforts, afin de prouver ses dires. C’est alors qu’Auctor n’eut pas d’autre choix que de lui avouer la vérité : il n’était pas vraiment son père. Il lui expliqua qu’il avait tout fait pour lui, que sa femme l’avait allaité en sevrant son propre enfant, et en confiant ce dernier à une nourrice. Auctor lui demanda alors, puisqu’Arthur allait devenir Roi, de l’aider à faire quelque chose pour son véritable fils.

La rumeur fit l’effet d’une trainée de poudre, et se propagea au de-là du royaume. Un simple écuyer avait été en mesure de retirer l’épée légendaire de son rocher, et qu’un nouveau roi était trouvé, comme cela était précisé par écrits en lettres d’or sur la garde de l’épée elle-même.

Une grande partie des nobles de l’assemblée, ainsi qu’Auctor lui-même, firent immédiatement allégeance au jeune Roi. Mais, c’était sans compter sur un grand nombre de barons et autres nobles qui refusèrent, eux, d’accepter en tant que tel, le nouveau Roi, indiquant qu’il était trop jeune pour gouverner, et qu’une telle charge devait être attribuée à un seigneur expérimenté.

C’est à ce moment que Merlin fit son apparition, pour expliquer à la même assemblée l’origine réelle du jeune écuyer devenu roi, et donc, qu’il était naturellement fils de roi, et de pure lignée.

Pourtant, les années à venir firent difficiles pour le jeune Roi, qui eut du mal à assoir son autorité à cause d’incessantes rebellions générées par d’infâmes seigneurs refusant d’accepter la légitimité du jeune Roi.

L’historien Nennius ajouta à la légende du Roi Arthur, qu’il livra bataille au cours de 12 conflits, dont celle de Bedwayne, avec les forces militaires accordées par la France, et menée alors par Ban et Bohort.

Simultanément, il dut guerroyer contre les envahisseurs Saxons et Irlandais, qui mettaient en danger l’intégrité du royaume et de son peuple. Sans que cela ne suffise, il dut également repousser les Romains lors de la bataille de Paris, avec l’aide d’un de ses fidèles alliés du nom de Hoel.

Après de longues campagnes de guerre, le jeune Roi du livrer une bataille supplémentaire. En effet, amouraché de Guenièvre, sa compagne officielle, plusieurs récits confirment qu’il s’adonnait à d’autres femmes qui surent jouer de son cœur.

Mais au final, c’est Guenièvre, fille de Léodagan, que le Roi épousa. Cette dernière lui donna un garçon, Lohot, qui quitta rapidement la cour afin de partir à l’aventure. Mais une habitude peu commune habitait le jeune homme : lorsqu’il tuait un ennemi, il s’endormait systématiquement sur le cadavre du défunt. Ainsi donc, le jour ou il tua le Géant Logrin, il s’endormit sur sa dépouille. Et l’accident arriva subitement : Keu, voulant rapporter la tête du Géant à son Roi, tua accidentellement Lohot.

Arthur, ravagé par la douleur, se lança alors dans une guerre féroce, en Ecosse, et contre ses ennemis habituels, les envahisseurs Saxons et Irlandais. Il rencontra lors de ses batailles, une magnifique enchanteresse Saxonne, du nom de Camille, dont tout le savoir venait selon elle d’un grimoire magique. Elle repoussa les avances du Roi Arthur, ce qui n’eut qu’une seule conséquence : celle d’augmenter considérablement le désir du Roi pour cette belle jeune femme.

Lors d’une bataille, le Roi Arthur, guetté du haut d’une muraille par la belle, décupla son courage et sa vaillance, et remporta la bataille d’une manière héroïque. C’est alors que Camille accepta de partager sa couche avec le Roi. Le Roi imposa une condition : il honorera la jeune dame, à condition qu’il puisse faire ce qu’un chevalier peut faire à sa moitié.

Le soir vint, et Arthur se montra à Camille, et son frère Gauvain en profita pour faire de même avec une autre jeune fille. Mais lors de cette même nuit, quarante chevaliers firent irruption dans la tente des deux hommes, et les capturèrent. Camille avait tout commandité, et fit également capturer Lancelot, et Galehaut. C’est le roi Yver qui parvint à les libérer quelques jours plus tard.

Une autre femme fit partie intégrante de la légende du Roi Arthur : il s’agit de la fausse-Guenièvre. Cette femme prétendit que la Reine fut une usurpatrice, et qu’elle seule fut la véritable épouse du Roi. Arthur, une fois de plus, se laissa séduire, et condamna Guenièvre au bannissement et à la honte.

Mais la santé du Roi commença à décliner, au point de pousser la fausse Guenièvre à avouer son crime, et donc la supercherie qu’elle avait organisée. C’est Lancelot qui insista alors pour que la véritable Reine réintègre son rang.

Mais le plus connu des fils du Roi Arthur fut Mordred, né de sa relation incestueuse et non-consentie avec sa demi-sœur Morgause, souvent confondue avec la fée Morgane.

Dans la littérature Arthurienne, certains écrits plus anciens, précisent le nom d’autres enfants d’Arthur, dont la destinée fut souvent écourtée par une mort brutale. Borre, enfant de Lionors, la fille de Sevain, ou encore Armhar qui fut cité dans “Historia Brittonum”. Tué et enterré par Arthur lui-même sans que l’on ne sache vraiment pourquoi. Puis Gwydre, qui fut tué par le légendaire sanglier géant Trwyth. Aussi, avant son mariage officiel avec Guenièvre, Arthur avait une aventure avec une certaine Lysanor, qui lui donna un fils, Llacheu, qui périt d’une chute mortelle lors d’une chasse.

Dans une légende Irlandaise il a été également relaté la découverte d’une fille du Roi, Mélora, qui était amoureuse d’Orlando, fils d’un roi de Thessalie.

Deux récits distincts décrivent les actes et faits de la légende du roi Arthur : La plus ancienne décrit un roi qui osa réclamer la Grande-Bretagne à l’Empire Romain. Mais pendant l’absence de ce dernier, Mordred s’empara du Royaume avec l’appui des Saxons. Il se fit couronner Roi et épousa de force Guenièvre. C’est alors qu’Arthur revint avec son armée, pour faire de la bataille de de la plaine de Salisbury, la plus épique des batailles connues des récits de la légende du Roi Arthur.

Une seconde version, plus romancée, sera également la plus connue : il s’agit de celle ou Lancelot se fait surprendre à courtiser Guenièvre. Arthur, se sentant trahit, ordonne de jeter Guenièvre au bucher. Mais le jour prévu de l’exécution, Lancelot tenta de sauver la Reine, mais n’y parvint pas. Il fut poursuivi jusqu’à son domaine, lieu de l’une des plus grandes batailles de la légende du Roi Arthur, durant laquelle les chevaliers de la table ronde furent eux-mêmes divisés, pour finalement s’affronter entre eux.
A l’issu de cette gigantesque bataille, tous les intervenants connurent la mort. C’est alors que Cador devint le nouveau Roi de Grande-Bretagne. Guenièvre fut prise pour épouse à Amesbury.

Mais la légende veut que la Roi Arthur ne fût pas véritablement tué. Il aurait été emporté sur une barque vers Avalon, le paradis Celtique. Plus concrètement, sa tombe aurait été découverte à Glastonbury, durant le règne d’Henri II.

Suivez nous !
Les derniers contes

Publier un commentaire

error

Vous appréciez ? Partagez !