Riquet à la Houppe

 Dans la catégorie France, Histoires du soir

Il était une fois, dans un château des plus beaux, une Reine respectée, qui donna naissance à un enfant si laid, que tous furent apeurés à sa simple vue.

Un surnom fut même donné à ce petit garçon, car en plus d’être particulièrement repoussant, il avait sur le devant de son crâne, une petite touffe de cheveux peu séduisante.

Ce surnom intégrait également son nom de famille qui était Riquet.

Cela donna “Riquet à la Houppe”.

Le jour de la naissance de Riquet à la Houppe, une fée s’approcha de son berceau, et rassura d’une phrase la Reine-mère, qui fut désespérée.

La fée dit alors : “Certes, votre enfant est très laid. Mais, une intelligence hors du commun lui a été attribuée, ainsi qu’une subtile répartie. Plus tard, il découvrira un pouvoir ; celui de partager ce don avec la seule personne considérée comme étant son amour”.

La Reine fut soulagée, et au fur et à mesure du temps qui passait, elle ne fit plus cas de la laideur de son enfant.

Riquet à la Houppe se mit à grandir, et les années passèrent rapidement.

Dans un pays voisin, une autre Reine mit au monde deux petites filles. La première fut dotée d’une intelligence hors du commun. La seconde, malheureusement, d’une laideur sans nom.

C’est alors que la même fée qui se pencha sur le berceau de Riquet à la Houppe, fit de même avec les petites filles.

Elle dit : “Celle-ci, d’une beauté rare, sera excessivement naïve, voire inintéressante. Quand à sa sœur, horriblement laide, elle possédera un esprit des plus vifs et brillants”.

La Reine, stupéfaite par ces révélations, demanda alors à la fée s’il était possible de corriger le niveau très bas d’intelligence de sa magnifique fille.

La fée s’exprima alors en ces termes : “Elle aura un don particulier qui lui permettra de rendre beau celui qu’elle choisira comme prétendant”.

Ainsi donc, les sœurs grandirent, ensemble, dans l’insouciance de la jeunesse.

Mais avec le temps, la finesse d’esprit, et l’intelligence de la seconde fillette, fit rapidement disparaître aux yeux de tous, la beauté de la belle jumelle, qui au final fut délaissée….

Mais, même si sa nature stupide prenait le dessus en toutes choses, elle se rendit compte tout de même de cette différence handicapante. Sa mère, elle-même, ne cessait de la réprimander à cause de sa bêtise…..

Combien de fois la Reine-Mère s’exclama : “Fais donc attention ! Cesse d’être maladroite et naïve ! Use de ton cervelet avant de parler !”

Par conséquent, un jour malheureux, la magnifique, mais très bête princesse s’enfuit dans la forêt…. A force de courir, elle s’essouffla, et stoppa sa folle course, dans un clairière … pour finalement sangloter à chaudes larmes….

Mais… Elle fut interrompue par un petit homme très laid, pourtant vêtu tel un prince. Ce dernier vint à elle, et se mit à lui parler avec un langage châtié et beaucoup de respect.

Il lui dit : “Je ne peux comprendre pourquoi une jeune fille aussi adorable que vous l‘êtes, puisse verser autant de larmes !”

Elle répondit tristement, alors : “Je suis sottement naïve, bête, et maladroite. J’en ai conscience, et je préférerais bénéficier de l’intelligence de ma sœur, si intéressante”…..

Le jeune et laid prince ajouta alors en souriant : “Lors de ma naissance, l’on m’avait prédit un esprit des plus vifs, et une fée me donna le don de pouvoir donner de l’esprit à celle que j’aimerais le plus”.

Il ajouta également “Vous êtes cette personne !”

C’est ainsi que Riquet à la Houppe demanda à la princesse naïve, mais très belle, de l’épouser, après une année, jour pour jour.

La princesse accepta, et se rendit compte que chaque jour passé en compagnie de Riquet à la Houppe, elle devenait plus brillante et intéressante.

Une fois de retour à son palais, la cour dans son intégralité fut surprise des changements que la princesse montrait. Tandis que sa sœur était devenue encore plus laide…

Durant une année, la désormais jeune femme, plus pertinente et vive d’esprit que jamais, attira l’attention d’une multitude de princes venus d’autres royaumes. Tous lui demandèrent sa main.

Elle repoussa chaque avance, en utilisant le prétexte de vouloir réfléchir davantage avant de prendre une décision.

Un jour, la jeune princesse, dorénavant dotée d’une intelligence reconnue de tous, s’en alla vers la fameuse clairière.

Elle y vit le sol se dérober, et devant ses yeux éberlués, apparut un régiment de cuisiniers, tous travaillant avec acharnement afin de préparer un festin royal.

Intriguée, la princesse demanda alors : “Mais pour qui donc cuisinez-vous autant ?”

Ils répondirent tous en même temps : “Nous préparons les noces du prince Riquet !”

C’est alors que la princesse se souvint d’un coup de sa promesse faite il y a un an. Elle fit quelques pas, et tomba sur Riquet à la Houppe, magnifiquement habillé et préparé.

Il dit alors : ”Ah, vous voilà ! Vous venez m’épouser comme prévu et comme vous me l’avez promis ?”

Ce à quoi la princesse, gênée, répondit : “Je n’en suis plus très certaine….. “

Riquet rétorqua : “Mais pourquoi donc ? Je suis laid, certes, mais est-ce que d’autres choses vous perturbent ?”

La princesse répondit avec assurance : “Non, rien, absolument rien !”.

C’est alors que Riquet lui glissa dans l’oreille le secret qui allait tout changer.

“A votre naissance, belle damoiselle, une fée vous a accordé un don, comme à moi-même ! Celui de rendre magnifiquement beau celui que vous aimerez avec certitude !”

A peine eut-il fini de prononcer cette phrase, que Riquet à la Houppe devint un prince d’une beauté inqualifiable, et vit la princesse accepter sans hésiter de l’épouser.

Mais… la réalité est qu’il ne s’était pas du tout métamorphosé en prince à la beauté impressionnante…

L’amour que lui portait sa princesse était en réalité suffisant pour le rendre beau !

Les derniers contes