Il était “un” ou “une” fois

 Dans la catégorie République Centrafricaine

[UNE CREATION ORIGINALE, PAR PIERRE BARRIERE]

Un verbe qui ne manquait pas de verve.

Ce verbe, comme il est connu, et reconnu, a eu besoin de se créer ou de se recréer, ainsi le verbe se fit chair.

Le masculin donc se créa, mais il n’en ratait pas ‘une’…et de sa cote d’amour naquit, ‘une’.

La dualité s’amplifia et ‘un’ et ‘une’ prirent conscience de la limitation d’être deux.

C’est donc en se conjuguant que ‘un’ et ‘une’ prirent forme dans l’espace et le temps.

Le ‘je’,‘tu’,’il’,‘nous’,‘vous’,‘ils’ apparurent dans toutes leurs différences.

Ces différences firent, que de vivre tous ensemble dans l’ici et maintenant fut impossible, et les mirent dans tous les états.

De cette impossibilité de rester dans le même état naquît le mouvement, et accentua la différenciation et l’individualisation.

Mais cette individualisation créa aussi des ressentis. Tout le monde alors compris que leurs perceptions étaient différentes, ce qui créa une incompréhension.

Puis vint surtout la déception car ils venaient tous du ‘un’.

Les uns et les autres eurent besoin de cette blessure pour s’affirmer, créer pour chacun sa propre région, mieux encore devenir sa différence, et donc, affirmer son soi.

Cela se fit si bien que leurs ‘soi ‘ se sentirent séparés, blessés par les autres et donc vinrent, pleins de réactions et contre réactions.

Le ‘je’ ne voulait pas se reconnaître dans le ‘tu’.

Le ‘tu’ ne pouvait pas vivre sous le ‘il’, car une lettre les sépare dans l’être.

Le ‘il’ se sentit coupé des autres.

Le ‘nous’ se déchira en se morcelant.

Le ‘vous’ était trop différent des autres.

Le ‘ils’ était déjà trop nombreux pour s’accorder avec tous.

De cette conjugaison différente naquit la solitude et le besoin de reconnaissance des autres.

Le ‘je’ étant le premier, décida que c’était lui le roi, ce qui provoqua la réaction vive du ‘nous’, car lui aussi venait du ‘un’.

Cela impliqua une guerre sans merci du ‘je’ et du ‘nous’ pour avoir raison.

Le ‘un’ ne pouvait reconnaître que le plus fort. Il fallait être celui-là.

Le ‘tu’ devint accusateur, le ‘vous’ réprobateur.

Comment pouvaient-ils se battre alors que tous étaient ‘un’.

Le ‘il’ était très singulier, et, même pluriel, il ne se sentait pas concerné par ce fratricide.

Tout se fit si bien, que la division régna par la soustraction des différences, la multiplication se fit par l’addition des communs.

Toutes ces opérations devinrent de plus en plus complexes.

De ces complexes, naquirent des mots, qui se transformèrent en maux.

De plus en plus, ce fut à celui qui aurait le dernier mot.

De l’être nous passions à l’avoir, et ce fut une course sans faim…car il était de plus en plus facile de voir les différences.

Pour avoir de plus en plus de force contre l’adversaire, il y a eu des regroupements par intérêt.

Puis il y a eu intérêt à être complémentaire, afin de garder une union, car c’est bien connu : c’est ‘elle’ qui fait la force.

Puis à force, l’acceptation des différences devint naturelle, voir surnaturelle.

Et c’est peut être bien de là qu’un jour, renaîtra, ‘un’ je ne sais quoi…

Suivez nous !
Les derniers contes

Publier un commentaire

error

Vous appréciez ? Partagez !